Orientation sexuelle

L’orientation sexuelle est définie, en sciences humaines et sociales, comme un mode durable d’attirance sexuelle pour le sexe opposé, le même sexe, ou les deux sexes, et les genres qui vont avec.

Pendant longtemps, on a considéré l’orientation sexuelle, tout comme l’identité sexuelle dans son ensemble, comme figée : on « est » de tel ou tel sexe, genre, ou orientation sexuelle, une fois pour toutes. La plasticité des orientations, leur évolutivité dans la vie des individus, est progressivement de plus en plus prise en compte. 

À supposer qu’il soit possible de distinguer, sur le continuum des désirs, des catégories d’orientations, on se pose la question suivante : 

Quelles orientations sexuelles existent ?

Hétérosexualité : la sexualité "naturelle"...

[…]

...car reproductive

[…]

Homosexualité : contre-nature ?

[…]

Bisexualité : rupture ou continuité ?

Les psychologues cherchent depuis longtemps à comprendre la variété des orientations sexuelles humaines. Mais c’est la méthode de l’entomologie (=étude des insectes) qui a permis de parvenir à établir le premier modèle fondé sur une enquête à large échelle.

Depuis les fameux « rapports » Kinsley 1, la sexualité des humains est devenue un objet d’étude comme un autre.

Concernant l’orientation sexuelle, Kinsey a changé la donne à partir de ses statistiques : à la place de trois catégories, (hétérosexuel, bisexuel et homosexuel), il a proposé un système à sept degrés. L’échelle de Kinsey catégorise les comportements sexuels de 0 à 6, allant de complètement hétérosexuel à complètement homosexuel.

Depuis les années 50, on a ajouté des cases à cette compréhension des choses. D’abord en faisant de la place à l’asexualité et à la demi-sexualité. 

L'asexualité, une orientation sexuelle méconnue.

Photo : Radio Canada

Les personnes se définissant comme asexuelles, une orientation selon laquelle on n’a pas ou peu de désir pour autrui, vivent encore une certaine stigmatisation dans la population. Pourtant, environ 1 % des gens seraient asexuel·le·s. 

Au sein de cette communauté, plusieurs variantes de l’asexualité existent. Certains se définissent, par exemple, comme étant demi-sexuels. Ils peuvent ainsi à l’occasion ressentir une attirance physique lorsqu’ils vivent un lien affectif très fort. D’autres n’ont aucun désir pour les autres, mais ont tout de même une libido.2

Pansexualité : c'est quoi être "pan" ?

« Pan-« , c’est un préfixe qui vient du grec, et ça veut dire « tout ». Être « pansexuel », c’est pouvoir être attiré par tout le monde, c’est aimer indépendamment du genre de l’autre.

Une explication en drapeaux :

Le drapeau bisexuel est composé de la couleur magenta (qui représente l’attirance pour le côté féminin), de bleu (pour l’attirance pour le côté masculin), et au centre on trouve du violet, qui représente le mélange des deux genres, homme et femme.

Dans les années 2000, le drapeau pansexuel est créé et cherche à se différencier du drapeau bisexuel. Il garde la symbolique binaire avec le violet et le bleu, mais au centre ce n’est plus le violet qui représente le mélange des genres, mais du jaune, qui va représenter au contraire la libération du genre, une sorte de neutralité.

"Ce drapeau, ce mouvement militant, c'est l'émergence d'une autre diversité humaine, qui est aujourd'hui mise en lumière"
Exercice
Qui est qui ?
  1. Les Rapports Kinsey sont deux livres découlant des recherches du Dʳ Alfred Kinsey, professeur d’entomologie et de zoologie, sur le comportement sexuel humain : Sexual Behavior in the Human Male (1948) et Sexual Behavior in the Human Female (1953), qui représentent un apport essentiel à la recherche statistique et scientifique sur la sexualité humaine dont ils marquent le début.[]
  2. Radio Canada, 29 septembre 2018. URL : https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1124807/asexualite-dernier-tabou-orientation-sexuelle[]