Stéréotypes de GENRE

Nous allons, ici, Questionner les stéréotypes et préjugés (de genre) qui orientent nos modes de vie et nos choix de vie.

Table des matières

Née dans les années 50, la notion de genre a permis à nos ancêtres, surtout à la génération 68, de prendre conscience du fait qu’ils conformaient leur comportement à l’un des deux « types », stéréotypes, modèles, vers lesquels la société les orientait : l’éducation, le marketing (la pub), les œuvres culturelles (art, littérature, cinéma…), nous montrent quelles est notre place dans la société, entravant notre liberté à être qui on voudrait être.

 

Certain.e.s, comme Talcott Parsons (voir l’article « Genre »), défendent que les rôles des garçons et des filles doivent nécessairement rester différenciés pour stabiliser l’organisation sociale. D’autres, comme Kate Millet (idem), disent que c’est une façon de sauver la domination masculine et le patriarcat, et qu’il faut en finir avec cette répartition des rôles si on veut l’égalité entre hommes et femmes. 

Mais genre !

Le genre (ça vient de l’anglais gender) est le rôle ou le comportement sexuels qui sont censés correspondre au sexe qui nous a été assigné à la naissance. On le définira provisoirement comme les attributs du féminin et du masculin. Ce sont la socialisation et l’éducation différenciées des individus qui le produisent et le reproduisent. 

Qu’est-ce qui permet de dire que c’est une construction sociale (solide au sein de chaque société, mais variable d’une société à une autre) ?

Eh bien simplement le fait que dans d’autres sociétés, les rôles genrés (gendered, de genre) sont différents, parfois même opposés. Et les stéréotypes qui vont avec aussi.

Exercice : Rose, ou bleu ?

Les individus « garçons », masculins, sont ainsi soumis à un ensemble de stéréotypes et de clichés, et les « filles », individus féminins, sont soumises à d’autres stéréotypes. Pourras-tu les distinguer ?

D'où viennent les stéréotypes de genre ?

Nous sommes né·e·s dans une société dont la culture divise le monde en deux : celui des hommes, et celui des femmes. Les couleurs (rose ou bleu), les parfums (vanille ou citron), les jouets (barbie ou ken), les métiers (ingénieur ou infirmière), les disciplines scolaires (maths ou français)… sont distribués en fonction du sexe des enfants. Du sexe, vraiment ?

On pourrait faire tout un cours sur la question du sexe. En bonus, vous pouvez suivre le cours « Sexe, genre et sexualité(s) » que j’ai également créé sur cette plateforme. Nous allons nous concentrer sur la question du genre, car elle est plus directement liée à celle des stéréotypes, des préjugés, et des discriminations.

Donc, notre société est duelle, binaire : elle sépare dès la naissance les individus en deux groupes étanches, imperméables. On est d’entrée de jeu placé·e dans l’un de ces groupes, et une fois là on ne peut plus passer d’un groupe à l’autre.

Tentez le petit quiz pour voir qui vous êtes…